<Accueil > Découvrir Vendémian > Histoire du village


Le village dilaté : de nouveaux rapports à l’espace (XXIe s.)

Le fléau du phylloxéra, puis la crise de la surproduction marquent un arrêt brutal à la fièvre de constructions de la première moitié du XIXe s. En 1901, la population de Vendémian ne compte plus que 498 habitants alors qu’elle avait atteint 641 habitants en 1836.

Dès lors, les variations de la démographie témoignent, malgré l’apport de l’immigration espagnole, de l’instabilité d’une grande partie du XXe s. L’exode rural se fait encore ressentir jusqu’à la fin des années 1980, car en 1990, la population de Vendémian avec 589 habitants n’a toujours pas retrouvé le taux qu’elle avait connu durant la première moitié du XIXe siècle !

La charnière du XXe et du XXIe s. marque au contraire un net renouveau. Vendémian est entré dans sa quatrième mue depuis le temps de la forteresse seigneuriale des XII-XIIIe s. Ce nouveau cycle historique peut être caractérisé par trois grands traits

- une augmentation rapide et sans précédent de la population par l’arrivée de nouveaux vendémianais. En 2002, la population atteint 962 individus

- une extension considérable du tissu bâti liée au développement et à l’émiettement de l’habitat pavillonnaire. Aujourd’hui, l’enveloppe du village s’étale sur 50ha et comprend 32 ha d’espace bâti

- une profonde modification de la structure socio-professionnelle des villageois. D’après le dernier recensement, les professions agricoles ne représentent plus que 9,5% des actifs tandis que la culture de la vigne demeure la première activité économique de la commune.


Aujourd’hui, l’administration communale tente de répondre à ces nouveaux défis historiques en refusant la banalisation et l’appauvrissement de l’espace urbain. Préserver la qualité paysagère d’une agglomération rurale dont la trame s’imbrique étroitement avec de grands espaces non dégradés est désormais un enjeu primordial à quelques pas seulement de la métropole régionale. Entre vignes et garrigue, Vendémian possède un charme certain où il fait bon vivre. Cet authentique village languedocien est plus que jamais ouvert sur l’avenir et l’extérieur mais il n’en demeure pas moins profondément attaché à son identité et à ses héritages (L.S.).